Enfant hospitalisé et patron ignoble ou comment faire du mal gratuitement !

Voici l’histoire d’une blogueuse…  Très émue et attristée par la méchanceté de certaines personnes ayant entre leurs mains un « pouvoir », je prend l’initiative de copier coller son article. Ainsi, j’ai l’espoir que la toile fasse son effet et que les choses évoluent.

Lettre ouverte à Mr X, directeur d’un Kyriad Prestige quelque part en France

Cher Monsieur,

Vous ne me connaissez pas, mais moi je vous connais.
Vous ne me connaissez pas, mais vous connaissez très bien mon conjoint, le père de mon enfant.
Vous ne me connaissez pas, mais ce mois-ci, je dois choisir entre payer mon loyer, mes factures ou nourrir mon enfant convalescent d’une lourde opération.
Vous ne me connaissez pas, mais vous avez forcé mon conjoint à prendre des congés sans soldes pour les dix jours passés au chevet de notre fils hospitalisé, alors qu’il disposait de ses congés payés.

Vous avez compris, vous savez, mais vous avez décidé de ne pas être “humain”. Vous êtes dans votre droit car comme vous l’avez dit à mon conjoint, vous implorant de troquer ces 10 jours d’hospitalisation sans soldes contre un sacrifice de ses congés payés : “ça m’est égal, c’est moi
qui décide des jours de congés alors c’est non”.
C’est vous qui avez décidé d’amputer d’un tier le salaire déjà pas mirobolant de mon conjoint. C’est vous qui le faites payer d’avoir eu besoin d’être
auprès de son enfant pendant une longue hospitalisation post opératoire lourde. Lourde de pleurs, de douleurs, de plaintes, de “papa bobo”, de “maman bobo”.

Nous avons eu des jours difficiles, nous avons été jour et nuit à tenir la main de notre fils de 18 mois, à le rassurer, oublier la peur qu’il perde cet organe si important à sa vie, à sa bonne santé.
Maintenant, que ces jours douloureux sont dernières nous, des jours difficiles nous attendent, à choisir quelle facture payer ce mois-ci, à se demander si nous pourrons acheter les couches, le lait en quantité suffisante.
Merci Monsieur X, vous avez fait pleurer une mère et un père déjà amochés par la vie.
Ce n’est pas de la charité, ces jours de congés il les a acquis, il en dispose. Troquer des jours sans soldes par des jours de congés payés est-ce si difficile à accepter ?
Oui vous êtes dans votre “droit”, vous “faites ce que vous voulez avec les jours de congés” vous l’avez dit, mais sachez que moi aussi je fais ce que je veux.
Moi aussi j’ai le “droit” d’en parler au plus de personnes possible, de faire savoir qu’être patron ça n’empêche pas d’être humain, de dire que vous êtes un homme sans coeur, sans âme.
Je ne vous souhaite pas de connaître la douleur d’un enfant malade, opéré, hospitalisé, en réanimation, en convulsions… ou plutôt si.

Cordialement,

Une maman en colère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s